Page en cours de chargement

Présentation

Le Comité Départemental

Les Clubs et SCA

Les Commissions
Evénements
Calendrier
logo/logo-biologie-150.jpgLa Biologie - Le reseau Caulerpa

L’algue verte Caulerpa taxifolia, originaire des mers tropicales, a été introduite en Méditerranée au début des années 80. Elle présente des adaptations qui la rendent très compétitive vis-à-vis des espèces Méditerranéennes... Caulerpa taxifolia a non seulement réussi à survivre à un nouvel environnement (conditions différentes de celles des eaux tropicales), mais elle prolifère et se développe au point de susciter des inquiétudes sur les conséquences de son expansion.

Caulerpa taxifolia est une algue verte, que l’on peut trouver dans les mers tropicales. Elle a été observée pour la première fois en Méditerranée en 1984.

Caulerpa taxifolia

Le genre Caulerpa comporte près d’une centaine d’espèces et de variétés, répandues dans les mers tempérées et surtout les mers chaudes. En Méditerranée une seule espèce de caulerpe est commune, avec une large répartition : Caulerpa prolifera.

D’autres espèces de Caulerpa sont plus rares en Méditerranée : Caulerpa scalpelliformis (Turquie, côtes levantines, Egypte) et Caulerpa mexicana (observée également sur les côtes levantines).

Une dernière espèce, Caulerpa racemosa, est généralement considérée comme un immigrant lessepsien mais pourrait être, en réalité, originaire d’autres régions du monde. Caulerpa racemosa présente, depuis une dizaine d’années, une extension de son aire de répartition en Méditerranée : initialement signalée en Tunisie (à Sousse, 1926) elle a été découverte en Méditerranée orientale puis, récemment, sur les côtes méditerranéennes occidentales.

Introduite en Méditerranée à partir d’un aquarium

Plusieurs hypothèses ont été avancées pour expliquer l’apparition soudaine de C. taxifolia en Méditerranée, mais c’est l’introduction à partir d’un aquarium qui est apparue comme la plus probable. En effet, C. taxifolia a été utilisée pour la décoration des aquariums en Europe, dès le début des années 60, puis en France et à Monaco au début des années 80. Ce sont les travaux d’une équipe suisse sur la génétique de C. taxifolia qui ont permis de confirmer cette hypothèse : la souche cultivée dans les aquariums et celle trouvée en Méditerranée sont parfaitement identiques, alors qu’elles se différencient des souches des mers tropicales.

Une "cellule" unique

Caulerpa taxifolia présente la particularité d’être coenocytique, c’est à dire qu’elle n’est pas composée de cellules différenciées, mais d’une "cellule" unique géante renfermant le cytoplasme et des millions de noyaux. On peut distinguer sur l’algue les stolons (="rhizomes"), portant les frondes (="feuilles") et les piliers terminés par des rhizoïdes, qui jouent le rôle de "racines". Lorsqu’une partie de l’algue est sectionnée, la cicatrisation est rapide, la partie séparée peut alors se développer indépendamment (bouture). Cette reproduction végétative semble être le seul mode de reproduction de C. taxifolia en Méditerranée. L’ensemble des colonies de Caulerpa taxifolia de Méditerranée semble donc être un clone constitué, génétiquement, d’un seul et même individu fragmenté en de nombreux individus identiques.

La souche méditerranéenne de Caulerpa taxifolia présente des caractéristiques morphologiques et physiologiques inhabituelles par rapport aux souches tropicales : longueur des frondes supérieure (jusqu’à 80 cm au lieu de 25 cm dans les eaux tropicales), densité exceptionnelle (jusqu’à 14 000 frondes par m²), adaptation à un large spectre de températures, synthèse de substances toxiques, etc.

L’algue peut survivre à des températures comprises entre +7°C et +30°C. Il est donc peu probable qu’elle disparaisse naturellement à la suite d’un hiver trop rigoureux ou d’un réchauffement des eaux, contrairement à ce que l’on a pu espérer initialement. La croissance des stolons commence en mai-juin et les meilleures conditions de croissance sont observées en août-septembre (jusqu’à 1,5 cm de croissance par jour) lorsque la température de l’eau est comprise entre +20°C et +30°C. Les stolons peuvent ainsi s’étendre sur près de 2 m en une année et tisser un réseau très dense : on a mesuré jusqu’à 350 m linéaires de stolons par m² de fond.

Une expansion rapide

Observée pour la première fois en Méditerranée en 1984, à Monaco, Caulerpa taxifolia a été trouvée en 1990 dans les Alpes-Maritimes, à Roquebrune-Cap Martin, puis dans le Var, à Toulon. Son expansion devient alors rapide. En 1991, elle est signalée dans plusieurs nouveaux sites des Alpes-Maritimes, du Var et des Pyrénées-Orientales, à la frontière espagnole. En 1992, alors que de nouvelles stations sont découvertes en France, elle est observée pour la première fois en Italie (Impéria en Ligurie et Livourne en Toscane), et en Espagne, aux Baléares (Majorque).

En 1993, Caulerpa taxifolia est signalée en Sicile (Messine), à l’île d’Elbe (Toscane), et de nouvelles stations sont découvertes en Ligurie italienne et sur la Côte d’Azur française. En janvier 1994, C. taxifolia est signalée pour la première fois en mer Adriatique, en Croatie. En mars 2000, C. taxifolia atteint les côtes méridionales de la Méditerranée, elle est signalée devant Sousse (Tunisie).

C. taxifolia : expansion

Six pays sont actuellement concernés par ce phénomène (Monaco, la France, l’Espagne, l’Italie la Croatie et la Tunisie) et il est possible que des colonies n’aient pas encore été découvertes. A ce jour, la Corse, l’Espagne continentale et la Sardaigne ne semblent pas encore atteintes.

La surface concernée par Caulerpa taxifolia était de l’ordre de 1m² en 1984. Début 2000, elle est estimée à près de 6 000 ha.

Quinze ans après sa découverte en Méditerranée, 97% des colonies se trouvent toujours concentrées 200 km à l’est et 200 km à l’ouest de la zone de sa première observation, dans une région comprise entre Toulon, en France, et Ceriale, en Italie. En France, dans les régions les plus anciennement colonisées (entre Villefranche-sur-Mer et Menton) l’algue a atteint son expansion maximale en profondeur et ne semble guère pouvoir continuer à progresser. En revanche, sur tous les autres sites, les colonies de C. taxifolia continuent de s’étendre.

La dissémination de Caulerpa taxifolia sur de courtes distances se fait principalement par le transport de boutures emportées par les courants. Un petit fragment de l’algue suffit pour donner naissance à une nouvelle colonie ; la progression de cette nouvelle colonie peut alors être très rapide (multiplication annuelle de la surface par 2 à 10). Une seule colonie produit ainsi des centaines de boutures qui peuvent se disperser sur des distances de plusieurs dizaines à centaines de mètres. L’extension se poursuit de proche en proche, l’aire de répartition atteint ainsi la profondeur de 40 à 50 m (parfois plus) au bout d’une dizaine d’années. La colonisation se poursuit alors préférentiellement latéralement, de part et d’autre de la zone atteinte, le côté situé sous le courant dominant progressant plus vite. La dissémination de boutures dans les sites très éloignés des secteurs fortement contaminés ne se fait que par les activités humaines, comme la navigation de plaisance et la pêche artisanale.

Les fragments de l’algue, accrochés aux ancres et chaînes des bateaux de plaisance, aux engins de pêche, voire au matériel de plongée, peuvent survivre 10 jours dans un endroit humide à l’abri du soleil (puits d’ancre, filets, sac de plongée), régénérer et former une nouvelle colonie une fois rejetés en mer.

Le réseau Caulerpa
 







L’objectif fondamental du « Réseau Caulerpes » est d’assurer  la surveillance des sites les plus exposés à une éventuelle invasion de cette algue, grâce à deux volets d’action :
  • un volet « Recherche », qui découle d’une veille active réalisée par le biais d’un réseau de partenaires locaux répartis sur l’ensemble du littoral insulaire ;
  • un volet « Alerte », qui repose sur la recherche passive de nouvelles taches de caulerpes à partir d’un réseau d'informations venant spontanément des usagers de la mer et en particulier des clubs de plongée.
Carte de signalisation de la Caulerpa Racemosa
2010_racemosa_corse_odile.jpg

Date de création : 04/05/2010 @ 20:54
Dernière modification : 04/05/2010 @ 20:54
Catégorie : La Biologie
Page lue 1944 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


react.gifRéactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne

Recherche



Webmaster - Infos
Annonces
^ Haut ^