Page en cours de chargement

Présentation

Le Comité Départemental

Les Clubs et SCA

Les Commissions
Evénements
Calendrier
La Biologie - Dossier sur les oursins

Un petit tour du côté des oursins.

En ce moment vous pouvez aller pêcher les oursins.

Les oursins font partie du groupe des échinodermes, ce qui signifie qu’ils ont le corps recouvert de piquants et ils sont caractérisés par une symétrie d’ordre 5. Quand vous trouvez des tests d’oursins (voir photo), vous pouvez voir cette symétrie dessinée à l’extérieur et à l’intérieur du test. Les étoiles de mer font également partie de ce groupe, ainsi que les holothuries (concombre de mer) et les ophiures. Il existe toutes sortes d’oursins, on les nomme souvent par leur couleur (oursins noirs, violets) ou bien là où on les trouve (oursins des sables). Allez voir sur Doris (http://doris.ffessm.fr), leur diversité est impressionnante !

tests_oursin.jpg 

Test d’oursin.

 Les oursins se reproduisent lors de cette période de pêche, stupide donc est l’idée de les ramasser à cette époque (puisque vous êtes tous pour l’équilibre des espèces) !!

Nous allons dire que c’est « pratique ». Les oursins comme bon nombre d’animaux aquatiques se reproduisent en larguant leurs cellules reproductrices dans l’eau. Les ovules et les spermatozoïdes vont se rencontrer (c’est la fécondation) puis on va avoir une larve nageuse qui va se déplacer à droite à gauche pendant quelques semaines et enfin elle va se métamorphoser en oursin de quelques milimètres de diamètre. Évidemment au cours de ces péripéties, un certain nombre d’ovules, de spermatozoïdes, de larves se font manger, sans compter les spermatozoïdes qui ratent les ovules. Donc pour avoir une efficacité correcte, les oursins vont non seulement fabriquer des grandes quantités de cellules reproductrices (plusieurs millions) mais ils vont aussi se rapprocher les uns des autres avant de les libérer dans l’eau. Cela simplifie le travail du pêcheur, et cela permet aussi à chacun de trouver son compte dans les oursins, puisque nous mangeons les spermatozoïdes et les ovules !

Lorsqu’ils sont « vides » c’est qu’ils ont déjà libéré leurs cellules reproductrices. Tous les oursins se reproduisent, donc ils sont tous consommables. Il existe différentes espèces, les oursins noirs ne sont pas les mâles des oursins violets, dans chaque espèce on trouve un mâle et une femelle.

Distinguer les sexes des oursins de l’extérieur se révèle impossible, il semble cependant que les femelles ont plus tendance à se couvrir de coquillages que les mâles, à moins que ce soit un mythe visant à rendre Mme oursin un peu coquette et ainsi à l’humaniser.

A maturité, vous pourrez souvent observer les cellules reproductrices au niveau de la bouche (face ventrale), les ovules sont d’une couleur orange très foncée, quant aux spermatozoïdes, ils sont plus clairs et quand on perce les organes ils donnent un liquide blanchâtre. Les ovules faisant environ 0,5 mm de diamètre ils sont facilement observables avec un microscope, on peut même en ajoutant les spermatozoïdes observer la fécondation et les premiers stades de développement.

 La pêche est réglementée, elle est rigoureusement interdite du 1er mai au 31 août ensuite par région un arrêté permet une extension des dates, parfois avec des restriction. Par exemple chez nous la pêche est autorisée en début de saison uniquement les week-end et les dates vont du 1er novembre au 15 avril, avec des modifications possibles en fonction des années et des variantes entre les 2 départements de la Corse (voir affaires maritimes). Les oursins ramassés doivent mesurer 5 cm (piquants non compris !), vous ne pouvez en ramener plus de 4 douzaines par pêcheur et par jour. Les oursins sont des animaux sensibles à leur environnement, donc évitez de les garder hors de l’eau plus de 24h.

 Alors vous allez me dire que nous allons à l’encontre de tout ce qui se dit sur le respect de la biodiversité, et vous avez raison. C’est pourquoi il est important de respecter les dates, les quantités et les dimensions. Les premiers mètres d’eau sont la nurserie de la mer, c’est là où on va trouver les plus jeunes individus donc les plus fragiles, mais aussi ceux qui vont permettre le maintien de l’espèce. Certains diront que les oursins ne servent à rien, et pourtant ils font partie d’un écosystème fragile. Alors c’est toujours la même histoire, si vous appréciez de voir des mérous, des girelles, et bien pensez que l’oursin fait partie de leur équilibre.

 Bonnes oursinades à tous, il vous reste encore 15 jours !

 Karine.

 Autre dossier à lire : http://chasse-sous-marine.chez-alice.fr/dossier06.htm

 cycle_de_vie_oursin.gif


Date de création : 29/03/2009 @ 19:40
Dernière modification : 29/03/2009 @ 20:49
Catégorie : La Biologie
Page lue 7099 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


react.gifRéactions à cet article


Réaction n°4 

par Karine le 02/04/2009 @ 13:53

Bonjour, voici quelques réponses aux questions posées plus bas  

Question de JT : 2 questions : les oursins ne sont-ils pas un bon indicateur de pollution ? Peu d'oursins = mer polluée ? Et puis ça pique un oursin : quel le meilleur moyen de moins souffrir ?  

Réponses :
Pour ta 1ère question, les oursins sont ce qu’on appelle des bio-indicateurs (tout comme les moules et les huîtres d’ailleurs). L’oursin comestible Paracentrotus lividus est facile à observer et à élever, donc on peut pratiquer des expérimentations. On peut étudier leur contamination par les métaux dans les ports de plaisance (voir site http://www.cybelle-planete.org/upl/suivi_oursins_algues_protocole.pdf).
Les larves d’oursins peuvent présenter des difformités en fonction de la pollution, ce qui les empêchera de se métamorphoser, d’où une diminution de la population locale. En aquarium d’eau de mer, on peut observer, si l’eau se dégrade, une modification de la disposition des piquants (l’oursin fait « un peu la tête » et ses piquants au lieu d’être hérissés, s’orientent vers le bas). Si on ne fait rien, les piquants vont tomber et les oursins vont mourir.
On ne peut pas dire que leur présence ou leur absence sur un site est indicateur de la pollution, ils peuvent se déplacer vers des eaux plus propices, de plus en période de reproduction ils se regroupent, donc on observe une plus grande concentration d’individus. Il est intéressant de savoir que les oursins existent depuis 600 Ma (millions d’années) et donc ont déjà traversé des changements climatiques importants. Le plus gros danger actuellement pour les oursins est la pêche pratiquée par l’Homme.
A ce titre, la prud'homie d'Ajaccio indique que la cueillette des oursins est autorisée jusqu'au 3 mai inclus (article dans le journal ce mardi, merci Stéphane). Donc n’abusez pas, ne pêchez pas plus que vous ne pourrez manger !  

Pour ta 2° question, oui un oursin ça pique, c’est leur seul moyen de défense. On les appelle parfois hérisson de mer ou châtaigne de mer (le terme échinoderme vient d’ailleurs du grec ekhinos qui veut dire hérisson, et de derma, peau). Si tu veux les observer sans te faire mal, glisse tes doigts délicatement entre la roche et les piquants, soit l’oursin s’agrippe plus à la roche et tu laisses tomber, soit il dégage les piquants côté roche et tu arriveras à le décrocher sans peine. Attention cette observation doit se faire dans l’eau, les oursins ne supportant pas bien d’être hors de leur milieu de vie. Prends bien garde à le reposer à peu près au même endroit, maintiens le contre la roche jusqu’à ce qu’il se soit de nouveau fixé.
 
Question de Michel : Mais dis moi, est il vrai que, lorsque l'on retourne un oursin, " qu'on le met sur le dos", on peut déterminer le degré de pollution de l'eau en fonction du temps qu'il va mettre pour se retourner ? 

Réponse : Je n’ai rien trouvé permettant d’infirmer ou d’affirmer ce que tu dis. Il faut seulement savoir que les oursins peuvent se retourner grâce à leurs pieds ambulacraires (ou podia) munis de ventouses qui ont pour fonction leur déplacement et leur alimentation. Dans beaucoup d’espèces, ces ventouses sont disposées un peu partout sur leur corps, attention pour certaines, il n’y en a pas sur le dessus, donc si l’oursin se retrouve à l’envers il est condamné à mourir faute de pouvoir se retourner. 


Merci pour vos questions et à bientôt. 

Karine

Réaction n°3 

par vertcampo le 02/04/2009 @ 08:30

Bonjour Karine,

Bravo pour ton article, on sent qu'il y a de la recherche en profondeur......

Mais dis moi, est il vrai que, lorsque l'on retourne un oursin, " qu'on le met sur le dos", on peut déterminer le degré de pollution de l'eau en fonction du temps qu'il va mettre pour se retourner?  Michel.


Réaction n°2 

par tardy le 01/04/2009 @ 21:58

Bonsoir KARINE ,

  2 questions :  les oursins ne sont-ils pas un bon indiquateur de pollution ? Peu d'oursins = mer polluée ?

  Et puis ça pique un oursin : quel le meilleur moyen de moins souffrir ?

  Très sympa , ce site , je reviendrais ...

JT

 

Réaction n°1 

par cotlette le 01/04/2009 @ 18:51

On connaît finalement très peu ces animaux,merci pour ce sympathique article,bisous

Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne

Recherche



Webmaster - Infos
Annonces
^ Haut ^